Envie de participer ?

 

La ligue PACA de volley-ball vous présente chacun le sportif du mois issu de notre région PACA. Nous avons réalisé l'interview de Enzo Blanc. Nous vous laissons découvrir son portrait, son parcours et ses expériences.

 

1- Peux-tu te présenter en quelques phrases ? 

Bonjour je m'appelle Enzo Blanc j'ai 17 ans j'habite à Cannes, je fais duvolley depuis 8 ans. Dans la vie je suis déterminé, motivé, souriant, toujours volontaire. J'aime bien aller au bout des choses.

 

2- Quel est ton parcours sportif ?

J'ai commencé à l'école de foot pendant 1 an, ensuite du karaté pendant 2 ans, 1 an de tennis et après le volley dans lequel j'ai pu remporter plusieurs titres notamment le titre de champion d'Europe avec l'équipe de France u17 et j'ai eu la récompense du meilleur libéro d'Europe. (je ne sais pas si c'est ce qu'il fallait dire).

 

3- Aujourd’hui quels sont tes objectifs autant dans le volley que dans ta vie de tous les jours ?

Mes objectifs dans le volley c'est d'aller au maximum dans lequel je peux jouer et toujours m'amuser. Dans la vie de tous les jours c'est d'obtenir aussi un bon diplôme car on ne sait jamais ce qui peut arriver, de profiter un maximum des opportunités que j'ai pour l'instant.

 

4- Comment gères-tu les études et le volley ? 

Alors les études et le volley c'est un peu compliqué de s'accrocher, qu'un autre étudiant non sportif de haut niveau mais il y a des aménagements qui nous aident beaucoup à combler les cours que l'on ne peut pas faire parce que l'on a entrainement et des études surveillées le soir. On a cours quasiment tous les jours jusqu'à 13h sauf le lundi où c'est 16h et après on rentre au Creps pour manger et ensuite s'entraîner.

 

5- As-tu un modèle, une personne qui t’inspire pour bâtir ta carrière sportive ?

Le libéro de l'équipe de France Jenia Grebenikov.

 

6- C’est dur d’être sportif de haut niveau ? Quels sont les sacrifices du quotidien ? 

Oui c'est dur mais c'est un plaisir de pouvoir l'être car il y a des choses que l'on peut faire que beaucoup de personnes de notre âge aimeraient faire aussi, il y a pleins d'autres personnes qui sont dans les mêmes conditions dans les creps du coup ça aide beaucoup. Il y a pas mal de sacrifices par exemple être loin de sa famille, essayer de se coucher plus tôt que les autres parce qu’après une journée on est très fatiguée, manger très équilibrée (on se fait souvent plaisir aussi), ne pas pouvoir sortir en ville de la semaine sauf le week-end s'il y a match à domicile.

 

7- Combien passes-tu de temps à t’entrainer par semaine ?

Je passe environ 20h par semaine.

 

8- Comment vis-tu la saison 2020-2021 avec les conditions sanitaires de notre pays ? 

Alors le début s'était compliqué car beaucoup de match a été annulé puis après on a pu jouer quasiment tous les matchs, malheureusement je me suis blessé après le 5e match jusqu'à maintenant.

 

9- Vivres les matchs à huis-clos ce n’est pas trop compliqué pour ton mental et celui de tes coéquipiers ? 

Au début de l'année c'était bizarre de voir personne dans la salle faire du bruit, nous encourager du coup, du coup il faut faire beaucoup plus de bruit sur le terrain pour rester dans le match et dans les moments compliqués les matchs à huis clos c'est dur mentalement.

 

10- Qu’est-ce-que le sport t’a apporté dans ta vie ?

Le sport m'a apporté de l'assiduité, d'être beaucoup plus autonome, plus mature, la ponctualité et maintient la joie de vivre et d'être bien dans son corps.

 

11- Quel est ton plus beau souvenir sportif ?

Mon plus beau son c'est quand on a été champion d'Europe avec l'Équipe de France U 17 en Bulgarie contre les Bulgares la salle était remplie d'une ambiance de malade.

 

12- As-tu un message à faire passer à tous les joueurs et joueuses de volley-ball 

Je sais que beaucoup de joueurs(ses) ont l'opportunité de pouvoir s'entraîner et faire des matchs mais continuer à vous entrainer chez vous ne pas lâcher. Et amener vos amis tester le volley et emmenez-les voir des matchs pour voir comment le volley est un beau sport et donner de la visibilité au volley.

 

 

 

La ligue PACA de volley-ball vous présente chacun le sportif du mois issu de notre région PACA. Et pour débuter l'année 2021, nous avons réalisé l'interview de Chiara Napoli. Nous vous laissons découvrir son portrait, son parcours et ses expériences.

 

1- Peux-tu te présenter en quelques phrases ? 

Je m’appelle Chiara Napoli , j’ai 16 ans ,et je vis à St Raphael dans le Var .

Actuellement je suis pensionnaire au Creps de Toulouse  au Pôle France de volley (IFVB) depuis la rentrée de septembre 2020 ,c’est ma première année d’internat.

Scolairement je suis élève en 1ere au lycée bellevue de Toulouse ,dans une classe exclusivement composée de sportifs qui sont aussi tous internes au Creps .

J’évolue  au poste de passeuse, je suis gauchère. En tant que pensionnaire du creps je joue sous les couleurs de IFVB, dans le championnat de DEF (qui correspond à la 2ème division), mais je suis licenciée au club du Cannet Volero.

C’est la particularité des joueuses du pole France , nous sommes toutes licenciées dans différents clubs mais jouons notre championnat en DEF , ou en Pro pour l’ équipe France Avenir  2024.

Mes occupations sont la musique, les voyages , la peinture , le cinéma et retrouver mes ami(e)s dès que je le peux, mais ce n’est pas facile vu le contexte actuel…

 

2- Quel est ton parcours sportif ?

J’ai commencé le volley en poussine , au club de St Raphael.

Dès ma 1ere année j’ai été surclassée et j’ai pu participer aux phases finales de Coupe de France  benjamine .En jeune j’ai évolué avec St Raphael var volley ball et le Racing Club de Cannes avec lequel nous sommes devenues championnes de France  benjamine, avec St-Raphael var volleyball nous avons eu le titre de vice championne de France mais aussi des titres avec les sélections départementales ( Championne de France avec la sélection de var et année suivante vice championne de France avec la sélection des alpes maritimes ) et séléction  régionale (Vainqueurs des Volleyades à Tourcoing en 2018) ,et des récompenses personnelles.

Puis il y a eu mon entrée au Pole de Boulouris en sept 2017  (à 13 ans ) ,  j’ai alors évoluée en N3 à St raphael, avec une equipe composée d’adultes pendant 2 ans (avec mon père comme entraîneur adjoint et ma mère qui était une de mes coéquipières ), .

J’ai fait quelques entrainements avec la pro et j’ai eu la chance d’être sur la feuille de match  3 fois  pour des tours de Coupe d’Europe en club avec ce groupe pro de St Raphael .

C’est aussi là que sont arrivées mes premières sélections en équipe Nationale, avec une première participation aux Championnat d’Europe en Croatie été 2019 , où nous terminons 8ème.

En 2019 , l’entraineur de Hyères m’a  proposé d’être passeuse titulaire en N2 et j’ai accepte . Mais malheureusement nous n’avons pas  terminé   le championnat à cause de la covid .

Et La aussi avec équipe de France ,nous n’avons pas pu jouer les qualifs pour les championnats d’europe U17 , car avec la covid les qualifs ont été annulées ,et cela s’est joué pour les équipes retenues sur le classement européen et les résultats de certains tournois.

En Aout 2020 , j’ai intégré le pole France à Toulouse où je suis actuellement .

 

3- Aujourd’hui quels sont tes objectifs autant dans le volley que dans ta vie de tous les jours ?

Mes objectifs dans le volley

C’est de continuer à progresser chaque jour techniquement et physiquement pour pouvoir évoluer en pro, et pourquoi pas porter le maillot de edf pour les JO de 2024.

Dans la vie mes objectifs c’est de pouvoir réussir mon année scolaire de 1ere et obtenir mon bac l’année prochaine. De retrouver une vie sans masque, et que mes proches aillent bien.

 

4- As-tu un modèle, une personne qui t’inspire pour bâtir ta carrière sportive ?

Un modèle de joueur ou joueuse à proprement parlé non, mais des gens que j’aime regarder jouer oui comme la passeuse thaïlandaise Nootsara Tomkom, j’aime aussi beaucoup regarder le volley ball masculin.

 

5- C’est dur d’être sportif de haut niveau ? 

Ce n’est pas facile tous les jours d’être sportif de haut niveau , mais c’est un choix.

Derrière, il y a  des heures et des heures d’entrainements c’est parfois faire les devoirs tard ,quand on a pas eu forcement le temps ou pendant les déplacements .

C’est aussi manquer des  anniversaires , des fêtes , des mariages et évènements familiaux parce qu’ on est en compétition , ou en stage . C’est être loin de ma famille, mais je sais que mes parents sont toujours là pour me soutenir.

C’est de la fatigue physique, des douleurs parfois , et des moments de doutes surtout quand il y a une blessure .

Mais c’est aussi et heureusement  beaucoup de beaux moments avec des  victoires , des rires , des rencontres , des amitiés sincères, des échanges, des moments de partage  et des souvenirs indélébiles .

 

6- Combien passes-tu de temps à t’entrainer par semaine ?

Nous avons 17h d’entraînement par semaine. On fait du travail physique , de l’entrainement volley, mais aussi des séances des vidéos qui nous permettent d’étudier le jeu de nos futurs adversaires.

 

7- La crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur tes performances physiques ? Comment le retour post-confinement s’est passé ?

La crise a eu un impact  sur mes performances , vu que l’on s’est tous retrouvés à l’arrêt du jour au lendemain , sans savoir pour combien de temps exactement .

Ça a permis de mettre un peu le corps au repos , mais il a quand même  fallu essayer de rester plus ou moins en forme avec des exercices physiques quotidiens pour ne pas perdre tout le bénéfice du travail fait avant.

Le retour post confinement s’est plutôt bien passé mais ça n’a pas été facile , j’ai pu reprendre des séances de volley avec mes entraineurs de Pole , juste avant d’être appelé en stage de beach France à Toulouse. Puis nous avons repris avec L’IFVB le 3 Aout afin de commencer une préparation physique progressive.

 

8- Peux-tu nous parler un peu de tes études et de ton sport, comment tu arrives à lier les deux ?

Je suis élève en 1ere avec un statut de Haut niveau ce qui fait que nous avons des aménagements horaires concernant les cours au lycée . On est présent le lundi toute la journée et les autres jours le matin . Nous sommes 15 en classe donc nous n’avons pas eu à faire le dédoublement de classe à cause du covid.

Nous faisons  nos cours optionnels par l’intermédiaires du Cned ce qui nous permet de gérer nos devoirs à rendre .

Au creps nous avons aussi des créneaux d’études.

Au milieu de tout cela il y a les entrainements , les séances  physiques , les matchs en déplacements et les temps repos , récupération.

Au départ j’ai eu un peu de mal à m’organiser et à trouver mon rythme , il a fallu que je m’adapte cela faisait beaucoup de changements pour moi. Nous pouvons demander de l’aide si nous avons des difficultés scolaires et c’est rassurant .

 

9- Qu’est-ce-que le sport t’a apporté dans ta vie ?

Beaucoup de choses .

Des amis , des victoires , des voyages , des défaites, des grands moments de joies et de déception…. L’importance du travail et la rigueur dans ce que l’on fait , il faut être exigent avec soi .

J’apprends aussi à me connaître et écouter mon corps quand il est fatigué , à gérer la fatigue et la récupération.

Le sport m’a permis  de rencontrer   des gens qui m’ont fait grandir dans mon sport à différents niveaux ( les différents entraineurs avec qui j’ai travaillé , avec qui je travaille, mes coéquipières , et même des adversaires vues sur les compétitions internationales par exemple les kinés , médecins , les préparateurs physiques , les ostéos …) je ne peux pas les nommer un à un mais j’espère qu’ils se reconnaitront.

 

10- Quel est ton plus beau souvenir sportif ?

Je trouve que c’est une question difficile car je garde toujours un bon souvenir de chaque compétition et de chaque équipe avec laquelle j’ai joué car elles m’ont toutes marqué d’une certaines façons.

 

11-As-tu un message à faire passer à tous les joueurs et joueuses de volley-ball 

Il faut croire en soi , se battre pour obtenir ce que l’on veut , se relever quand on tombe

mais surtout refuser de ne pas essayer , et ne pas se décourager .

Le travail apporte le plaisir de  jouer .